Beaux Arts Magazine

Phoenix exhume les pépites de l'antiquité


Dans le décor grandiose d’un temple égyptien imaginé par l’architecte décorateur FrançoisJoseph Graf, la ga lerie Phoen ix (Genève- New York) n’a pas son pareil pour dénicher des chefs-d’æuvre dignes des plus grands m usées. En vedette s’im pose un buste du pha raon Sésostris lu,ayant régné au cours du Moyen Empire entre 1971 et 1926 avantJ.-C., représenté dans son jeune âge et identifié par son cartouche. I I a été sculpté dans d u q uartzite provenant des carrières de Gebel Ahmar, dans la région d’Héliopolis.

Ce qui ajoute à son aura car, expliquet-on à la galerie, “l’utilisation du quartzite est exceptionnelle. Cette pierre de couleur jaune rosé était associée au Soleil et donc au tout puissant dieu Rê, auprès duquel le pharaon montait après sa mort., Connue et publiée depuis plusieurs années, une idole fémi n ine en marbre pratiq uement intacte, d’une ta i I le exiraord i na ire (47 cm) et aux bras croisés, représente l’apothéose de la sculpture cycladique préhistorique, vers le milieu du lll,millénaire av. J.-C. Iandis que deux petites statuettes forcent l’admiration par leur qualité plastique:

– l’une, grecque archaTque Iill.];

– l’autre, byzantine (V, siècle après J.-C.), en calcédoine, incarnant Nikê, la déesse de la Victoire.


Menu